Une fin en beauté !

Parce que la semaine a été longue, éprouvante et forte en émotion, nous allons vous faire un planning détaillé rien que pour vous.

Mardi : La journée avait pourtant bien commencé. Il faisait beau. Les feuilles de palmiers de la plage de Cotonou s’agitaient sous la brise marine… Levés aux aurores, nous nous apprêtons alors à partir pour Lokossa avec un premier convoi de 30 vélos. Il est prévu que le chauffeur fassent deux voyages dans la journée car le camion est trop petit pour transporter les 65 vélos d’un coup. Mais au moment de partir… patatra. On nous informe que notre fournisseur n’a pas rempli tous les papiers de la douane nécessaires pour passer les contrôles de police (les vélos ont été importés du Nigeria car le bénin a trop peu de population pour produire des vélos trop chers pour la majorité des béninois). Le branle bas de combat commence. En fait nous attendons 4 heures des papiers qui n’arriveront jamais. Nous décidons donc de ne faire qu’un voyage et de négocier avec la police. Tout s’arrange finalement après trois heures de trajet dans un camion datant de la seconde guerre mondiale. Les 65 vélos sont livrés à la mairie qui doit les stocker jusqu’à la cérémonie de lancement du projet deux jours plus tard…

Mercredi : C’est la réception du chantier du parc à vélo! l’entrepreneur et ses ouvriers sont présents. Et le résultat est à la hauteur de nos espérances! Manque seulement le peintre, très occupé parait-il qui n’a pas eu le temps de finir et d’écrire les noms de Sud Ensemble et de l’ALPB sur les poteaux. Il finira demain matin très tôt. Soit…

Nous en profitons pour discuter avec les professeurs pour préparer la kermesse prévue dans deux jours. Les élèves nous montrent les sketchs qu’ils ont imaginé pour la cérémonie de lancement prévue le lendemain.

Nous visitons le seul centre de soins public de l’arrondissement de Houin, puis nous filons à la mairie où nous attendent les vélos. Nous devons les vérifier à nouveau un par un… boulons desserrés, pneus dégonflés… tout doit être parfait! Il ne reste plus que quelques heures avant la grande cérémonie que nous attendons depuis trois semaines!

Jeudi : Le grand jour est arrivé… nous nous sommes fait faire des tenues traditionnelles et notre présidente Aurélie peaufine son discours… Tout Lokossa s’est mis sur son 31. Le directeur du collège, le premier adjoint au Maire, le chef d’arrondissement, les sages de la commune, le représentant du ministère de l’éducation et toute la presse nationale sont là. Les parents et les élèves ont aussi répondu présent. Entre discours officiels, danses traditionnelles et sketchs préparés par les élèves, la cérémonie se déroule à merveille. Les vélos sont officiellement remis au directeur de l’établissement et le parc à vélo est inauguré. Un grand moment d’émotion pour nous trois. Nous pensons alors évidemment à toute l’équipe de Sud Ensemble qui a oeuvré pendant un an pour mener à terme ce projet et à tous ceux qui ont cru en nous et nous ont soutenu.

Nous sommes ensuite reçu a la Mairie pour un cocktail de remerciement et enchaînons avec la préparation de la kermesse l’après-midi. Achat des balles pour le chamboule-tout, réservation d’une sono, commande de bananes et de patates douces frites pour les enfants… nous sommes presque prêts à faire la fête. Une invitation de la Mairie à aller observer les hippopotames à l’aube sur le lac Doukon plus tard, nous réglons notre réveil à 4h30 du matin…

Vendredi : Dring Drong Dring Drong Dring Drong (sonnerie du réveil d’Aurélie)… Aie aie aie c’est dur de jouer les Indiana Jones… Mais l’appel de l’hippopotame, tant redouté par notre ami Jonathan qui a appris sur Wikipédia qu’il fallait courir en zigzag si la dite bête nous pourchassait, est plus fort que l’appel du lit. Dans la nuit noire, notre jeep nous attend. Julien, le chauffeur, nous accueille, frais comme un gardon, un bonnet en laine vissé sur la tête. Il doit faire dans les 23 degrés à cette heure-ci. Un temps à attraper un rhume pour un béninois…

Deux vendéens de la Chambre des métiers nous accompagnent. Ils sont venus passer quelques jours à Lokossa pour y monter un atelier de mécanique.

20 minutes de jeep et 30 minutes de marche plus tard au rythme des tam-tam qui ont joué toute la nuit (une pratique vaudou pour fêter l’arrivée du weekend), nous atteignons le lac et prenons une barque. La rencontre avec les hippos est imminente… Sauf que non. Ces sales bêtes ne daignent pas montrer le bout de leur nez trois heures durant!

La balade est magnifique mais nous rentrons donc bredouilles pensant que la nature est bien capricieuse tout de même… En apprenant nos mésaventures, Modeste et Benoit, deux de nos nouveaux amis béninois, nous rient ensuite au nez : « Pour les attirer, il fallait chanter et jouer de la musique. Ainsi, ils sortent pour danser! ». Mouais d’accord… on essaiera ça une prochaine fois, promis.

Après cette folle matinée, une cour d’école remplie d’enfants surexcités nous attendent. Deux heures de sieste et nous voilà requinqués, les bras chargés de ballons et de pots de peinture en route vers le collège. C’est parti pour une kermesse à l’africaine, sans point d’eau et ponctuée par des coupures d’électricité. Les élèves ne boivent pas de la journée habituellement …

Notre petite fête attire tout de même une cinquantaine d’enfants et de parents du village. Course de sacs à patate, course de vélos, atelier peinture (une première pour tous!), jeux de cartes, concours de danse… Nous sommes ravis de partager un peu de temps avec les enfants, enfin, et de sentir leur joie.

Malheureusement, une pluie tropicale nous oblige à tout remballer en fin d’après midi. Réfugiés dans une salle de cours, nous discutons et jouons en boulotant les dernières patates douces frites avant de rentrer se coucher à la nuit tombée.

Samedi : Le week-end est là! sauf pour nous… nous avons décidé de parcourir avec l’un des élèves du collège les 8 km qu’il doit parcourir chaque matin et chaque soir. Georges a 14 ans, il rentre en classe de 4ème et cela fait trois ans qu’il fait 16 km par jour pour aller à l’école. Il veut être docteur…

Nous partons du collège vers 10 heures et empruntons l’un de ces chemins en terre rouge vif bordé de palmier qui caractérise la région. Nous croisons un Baobab (ô joie!) puis un Iroko (un autre arbre africain). Nous traversons des villages et des palmeraies. Nous nous arrêtons pour goûter au jus de palme récolté à même l’arbre et saluer les semeuses d’arachides. Vers midi, nous arrivons enfin dans le village de Georges, établi sur les bords d’un lac. Les enfants accourent à notre rencontre. les pêcheurs, les pirogues, les femmes qui recousent les filets, qui lavent les bébés sur la rive…Le paysage est magnifique.

Georges nous emmène chez lui. Il vit avec son grand frère. Son père est décédé et sa mère vit à Cotonou. Elle est venue lui rendre visite pour les vacances. Nous restons avec eux à discuter un bon moment et nous reprenons la route, exténués, brûlés par le soleil (enfin surtout Jonathan) mais heureux. Il nous reste encore à dire au revoir au directeur avant de faire nos bagages pour prendre un peu de repos. Nous rentrons donc en moto à Lokossa… C’est la fin de notre aventure. Dans quelques heures maintenant, nous quitterons le Bénin pour revenir en France avec dans le coeur tous ces sourires, ces accueils chaleureux, la simplicité des béninois, leur bonté, leur humour, leurs conditions de vies très difficiles aussi. Dans quelques semaines, 65 enfants auront chacun un vélo qui réduira de moitié leur temps de trajet pour aller à l’école.

 

Au nom de toute l’équipe de sud ensemble, merci donc à tous ceux qui ont rendu ce projet possible.

A très bientôt pour fêter tous ensemble la concrétisation de Vel’école et imaginer déjà notre futur projet.

Nous avons encore plein plein de choses à vous raconter…

Les vélos sont chargés, plus que 110 km de route avant d’être livrés à Lokossa !

Les peintres terminent le parc à vélo qui doit être prêt pour l’inauguration le lendemain matin.

Aurélie et l’entrepreneur scellent la fin du chantier du parc à vélo.

Pendant la cérémonie de lancement du projet, les collégiens nous présentent le « fou-rire » (=sketch) qu’ils ont préparé pour nous.

De gauche à droite : Aurélie, Présidente de Sud Ensemble; le chef d’arrondissement de Houin; le premier adjoint au Maire; Cyril, le Directeur du Collège et Calixte, Directeur de L’ALPB, inaugurent le parc à vélo.

Pendant la kermesse, c’est la première fois que les enfants utilisent peinture et pinceaux.

La course de sacs à patate de la kermesse a recueilli un grand succès.

Pendant une averse, Jonathan se charge d’amuser les plus jeunes.

8 kms séparent le domicile de Georges de son collège.

24/09/2012

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *